Des Jeunes agés de 16 à 30 ans qui disent qu’ils ont choisi cette vie.

  • Des jeunes en errance dite « active », qui affirment avoir choisi ce type de vie dans une démarche de rupture sociale construite. Ils sont punks, zonards, travellers…
  • Des jeunes en errance dite « territoriale », emportés dans une dynamique d’échecs et d’exclusion, qui subissent l’errance et qui s’y adaptent de façon à survivre. Leur périmètre d’action est souvent limité à un bassin de vie au sein duquel ils vont de structures en structures sans sembler vouloir ou pouvoir engager de démarches de stabilisation.
  • Des grands lycéens, des jeunes étudiants et des jeunes travailleurs qui s’engagent peu à peu dans l’errance à l’occasion de dynamiques festives (locales, hebdomadaires, estivales, festivalières) et par la rencontre des publics déjà en errance présents dans leurs proximités.

>>Le réseau national « Jeunes en errance ».

19 juin 2014
Auteur : 

En France, les structures de terrain sont des équipes de prévention spécialisée, des accueils de jour, des CHRS, des CAARUD et des CSAPA, des CCAS, des services de médiation de rue et des polices municipales, ainsi que quelques services de Conseils Généraux et de préfectures en charge du social et de la jeunesse.

Pour télécharger la liste des structures identifiées au sein du réseau national (liste à jour le 26 septembre 2019) :

Listes des correspondants du réseau "Jeunes en errance". 26-9-19

Article tiré du site : https://jeunes-en-errance.cemea.asso.fr
Rubrique:  Qui sommes Nous ?